Rapport thématique 2019-2020 « Handicaps et emploi » de l’Inspection générale des affaires sociales

Ce rapport de 394 pages a été publié en juillet 2020. Il est destiné au Président de la République, au Gouvernement et au Parlement. Mais il est également utile aux différents acteurs impliqués dans le champ du handicap et/ou le monde du travail. C’est aussi une ressource précieuse pour tous ceux qui sont directement concernés, ceux qu’il convient d’appeler aujourd’hui les personnes en situation de handicap.

Il a été élaboré par Claire AUBIN et Christine DANIEL, inspectrices générales des affaires sociales, avec la collaboration d’Alexis PATISSIER, de Lucille PETIT et Samy RASLI, stagiaires.

Première partie : Un modèle français marqué par l’histoire

Deuxième partie : Des dospositifs qui s’essoufflent

Troisième partie : Mieux accompagner les personnes

Quatrième partie : Adapter le milieu de travail

Cinquième partie : Faire évoluer le modèle

Cette étude est particulièrement bien documentée. Son approche est objective, souvent fondée sur des travaux scientifiques et universitaires de qualité. Même si parfois s’installe la désagréable impression d’avoir déjà lu ou entendu les constats alarmants de la « place » qu’occupent les personnes en situation de handicap dans la société et dans le monde du travail, il n’en demeure pas moins que le propos est convaincant et sans complaisance.

Les difficultés, les retards, les incohérences, les lourdeurs et les injustices sont clairement identifiées. Les auteures présentent sans détour leurs causes dans l’organisation et le fonctionnement mêmes d’un système qui arrive à bout de souffle et qui porte en lui des conceptions et des pratiques antinomiques.

Un individu représenté symnoliquement est devant l'entrée d'un énorme labyrinthe. Il est hésitant. Va-t-il entrer ?

A propos du rapport Gillot « Sécuriser les parcours, cultiver les compétences » publié en 2018, je n’avais pas hésité à parler de « rabâchage » en considérant avec malice qu’il s’agissait sans doute d’une méthode pédagogique nécessaire : la répétition. Cette même impression rôde durant la lecture du rapport « Handicaps et emploi ». Quoi qu’il en soit, il ne défonce pas des portes ouvertes. Il rouvre celles que nos politiques et chacun d’entre nous laissons se refermer par négligence, par ignorance, parfois par peur, mais aussi, chez certains, par égoïsme et malveillance.

Telle qu’elle existe, notre société n’est pas prête ! L’aveugle, le boiteux, le débile, le sourd et le « pas comme les autres » en sont encore exclus, ou à la marge. On en fait des êtres liminaux !

L’analyse confirme que la notion d’aménagement raisonnable, centrale pour lutter contre la discrimination des handicapés sur le lieu de travail, n’est presque pas connue en France.

Dans la dernière partie, les auteures insistent sur l’ « indispensable évolution » d’un modèle qui n’est pas viable. De façon un peu triviale, je m’autorise à imaginer qu’elles ne cherchent pas à enfoncer le clou, mais à le planter ailleurs et autrement. Mon tempérament et mon expérience m’ont toujours attiré vers les changements radicaux et ambitieux : une révolution. Le rapport oriente vers une démarche plus mesurée et pragmatique : une évolution. Bien que je ne partage pas cette dernière analyse et cette proposition pusillanime, je forme le vœu que l’ensemble de ce remarquable rapport soit lu et entendu par ceux qui peuvent et doivent prendre des mesures et agir, du sommet de l’Etat jusqu’au lieu de travail où se joue quotidiennement la vie ensemble.

4 citations que j’aime :

Les dispositifs ont certes évolué au cours des dernières décennies . L’objectif de la société et de l’entreprise inclusives est une priorité affirmée avec force par les autorités publiques. Il reste que le modèle français apparaît quelque peu décalé par rapport aux transformations précitées. (p. 44)

De multiples rapports et spécialistes du sujet s’accordent à considérer que la complexité administrative atteint un degré extrême dans le champ du handicap : « complexité inouïe », « sidérante », « probablement sans égale dans tout le système administratif français », « maquis institutionnel », « écheveau opaque », « système en apnée, traversé par la défiance », engendrant des « situations ubuesques ». (p. 56)

Plus que l’organisation institutionnelle et la pertinence des dispositifs, c’est la qualité de
certains professionnels que soulignent les personnes rencontrées lorsqu’elles analysent
les éléments ayant joué de façon positive dans leur parcours.
(p. 119)

Le Défenseur des droits déplore que « l’obligation d’aménagement raisonnable reste largement
méconnue des employeurs et plus généralement des acteurs de l’insertion professionnelle
des personnes handicapées et donc peu respectée ».
(p. 148)

Le rapport Handicaps et emploi est disponible au format PDF interactif ou au format word accessible. Vous pouvez le télécharger en suivant ce lien.